• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Roger Waters (Pink Floyd) : « Nous vivons dans 1984 » d’Orwell

Roger Waters (Pink Floyd) : « Nous vivons dans 1984 » d’Orwell

« La dernière chose que vous voulez voir dans les médias grand public c'est quelqu'un donnant de réels éclairages sur les choses » (Roger Waters)

 

Suivant les conseils de Roger Waters (dans la 1ère vidéo), nous nous intéresserons ici aux livres 1984 (2ème et 3ème vidéo) de George Orwell, Le Meilleur des Mondes (4ème vidéo) et Retour au Meilleur des Mondes (5ème vidéo) de Aldous Huxley. En bonus, des vidéos avec le groupe Pink Floyd (ça s'imposait) et avec Roger Waters

 

Roger Waters de Pink Floyd : « Nous vivons dans 1984 » d’Orwell

Vidéo ajoutée le 11 août 2017 sur la chaîne RT France - durée 1:32

Roger Waters, guitariste et auteur-compositeur des Pink Floyd, invité dans les studios de RT, estime que la réalité se rapproche chaque jour un peu plus des œuvres de Huxley et Orwell.

« Nous vivons dans 1984, vous savez.
Quand mes enfants étaient adolescents, j'ai insisté pour qu'ils lisent Le Meilleur des Mondes.
Je pense que tous les enfants devraient lire Huxley et Orwell et un peu de Wells peut-être.
Et peut-être de la littérature française...
C'est en fait ce que nous sommes en train de vivre en ce moment. La propagande joue un rôle plus important que les faits, beaucoup plus important.
Et cela fait pleinement partie des actualités, tout ce qui concerne les fake news.
Les gens ont compris que la vérité, les faits, la philosophie, les connaissances, l'Histoire, l'éducation - aucune de ces choses n'a d'importance.
Afin de conserver une position de force, vous devez produire de la propagande de qualité, vous devez bien savoir dire de gros mensonges, souvent et à voix haute. La dernière chose que vous voulez voir dans les médias grand public c'est quelqu'un donnant de réels éclairages sur les choses.
Ceux qui se préoccupent vraiment des droits de l'homme ou de l'avenir de cette petite planète fragile, ou de leurs semblables qui sont en train d'être opprimés ou tués, ou quoi que ce soit de la sorte, il vaut mieux les garder à distance pour qu'ils ne viennent pas interférer avec le discours dominant. »

 

 

"1984", de George Orwell (Alchimie d'un roman, épisode n°22)

Vidéo ajoutée le 20 novembre 2014 sur la chaîne JPDepotte - durée 11:17

Tout le monde connaît 1984 et son Big Brother. Devenu un symbole de la révolte contre les dictatures, on a souvent résumé ce livre à un appel au soulèvement des masses.
Mais on oublie l'essentiel : en vérité, Big Brother n'existe pas ! Alors, dans ce cas... quel est le message d'Orwell ?

 

 

LA NOVLANGUE dans 1984 de George Orwell - Grain de philo #4

Vidéo ajoutée le 31 octobre 2016 sur la chaîne Monsieur Phi - durée 15:19

Pour lire 1984 en français : http://www.librairal.org/wiki/1984

 

 

Pour aller plus loin :

 

 -> « 1984 (Nineteen Eighty-Four) est le plus célèbre roman de George Orwell, publié en 1949.

1984 est communément considéré comme une référence du roman d'anticipation, de la dystopie, voire de la science-fiction en général. La principale figure du roman, Big Brother, est devenue une figure métaphorique du régime policier et totalitaire, de la société de la surveillance, ainsi que de la réduction des libertés. En 2005, le magazine Time a d'ailleurs classé 1984 dans sa liste des 100 meilleurs romans et nouvelles de langue anglaise de 1923 à nos jours, liste où se trouve La Ferme des animaux, autre fameux roman d'Orwell. »

(Wikipédia)

 

 -> "1984" la littérature prophétique (Simple citoyenne)

 « Je ne vais pas faire l'affront aux lecteurs d'agoravox d'apprendre qui est George Orwell, mais cette émission de 59 minutes sur France culture concernant la littérature prophétique est à écouter pour ceux qui découvrent George Orwell, mais pas que... bien d'autres auteurs aussi, comme Albert Robida.

"La guerre, c'est la paix ; la liberté, c'est l'esclavage ; l'ignorance, c'est la force." G.O. »

 

 -> "1984" a été écrit entre 1946 et 1948. A l'origine l'histoire se déroulait en 1980, puis Orwell la situa en 1982, et finalement en 1984. (Peter Davison - "A note on the text")

 

-> "Ben Pimlott : Introduction to Orwell’s England"

 

 

"le Meilleur des mondes" de Aldous Huxley (Alchimie d'un roman, épisode n°11)

Vidéo ajoutée le 28 janvier 2014 sur la chaîne JPDepotte - durée 10:24

"Le Meilleur des mondes", écrit en 1931, nous effraie par sa clairvoyance. Alors décortiquons ensemble ce roman pour découvrir les messages qu'il nous porte et, surtout, la façon, les techniques avec lesquelles il essaie de nous convaincre.

 

 

Retour au Meilleur des Mondes - Aldous Huxley

Vidéo ajoutée le 28 octobre 2013 sur la chaîne M. Milo - durée 25:22

Lecture du chapitre VI - Comment convaincre le client 
(commercialement, politiquement...)
Incroyablement visionnaire, une analyse indispensable 
pour appréhender les mécanismes qui influent sur nos 
réflexions et nos décisions en tant que consommateurs, citoyens, éducateurs...

"Avec les méthodes utilisées aujourd'hui pour vendre du candidat politique comme s'il s'agissait d'un désodorisant, le corps électoral est positivement garanti contre tout contact avec la vérité, sur quelque sujet que ce soit."

Musiques :

00:20 - 02:40
Casse-noisette - Danse de la fée dragée
Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893)

02:50 - 05:06
Musique pour les funérailles de la Reine Mary 
Henry Purcell (1659-1695)

05:12 - 09:00
Valse n°7 Op.64 n°2 
Frédéric Chopin (1810-1849)

09:04 - 13:18
Clair de lune
Claude Debussy (1862-1918)

13:20 - 16:28
Gymnopédie n°1
Erik Satie (1866-1925)

16:36 - 25:24
Symphonie n°7 - 2ème mouvement
Ludwig Van Beethoven (1770-1827)

 

 

Pour aller plus loin :

 

-> « Le Meilleur des mondes (Brave New World) est un roman d'anticipation dystopique, écrit en 1931 par Aldous Huxley. Il paraît en 1932. Huxley le rédige en quatre mois1 seulement, à Sanary-sur-Mer, dans le sud de la France2. Vingt-cinq ans plus tard, Huxley publie un essai dédié à ce livre, Retour au meilleur des mondes, insistant notamment sur les évolutions du monde qu'il perçoit comme allant dangereusement vers le monde décrit dans son ouvrage. Le titre original du roman, Brave New World, provient de La Tempête de William Shakespeareacte 5 scène 1. John, le « Sauvage », reprend souvent cette phrase dans le roman (chap. 8, 11, 15). Dans la pièce de Shakespeare, la phrase est ironique et la traduction française reprend la même ironie, mais en référence à la littérature française : le « meilleur des mondes possibles » du Candide de Voltaire3. » 

(Wikipédia)

 

-> Le meilleur des mondes est proche (PtitLudo)

« Ce livre ("Retour au meilleur des mondes"), contrairement au "Meilleur des mondes" n’est pas un roman mais une analyse des faits qui pourraient y mener. Je ne vais pas en faire un résumé, l’auteur le précisant lui même en préface qu’il était déjà suffisamment difficile pour lui d’être concis sur les sujets abordés. Par contre je vais revenir sur quelques passages les plus marquants, et je ne peux qu’encourager les lecteurs de cet article à aller au plus vite acheter ce livre.

Entre "Le meilleur des mondes" et "Le retour sur le meilleur des mondes", il y a eu le non moins fameux "1984" de George Orwell. L’auteur se doit donc de parfois placer les deux romans en parallèle. Son analyse est alors très juste en disant que sauf anéantissement nucléaire (à replacer dans le contexte de 1958), le monde futur risque plutôt de ressembler à celui du "Meilleur des mondes" qu’à "1984".

En effet il s’avère qu’au bout du compte un contrôle par manipulation non violente des pensées des individus, et donc accepté par la victime est toujours préférable à un contrôle par la répression et la terreur qui n’a qu’un effet provisoire et peut conduire à une rechute. [...] »

 

 

BONUS : 

 

Pink Floyd - One of these days (HQ - The Director's Cut)

 

Roger Waters derrière le mur

Membre fondateur de Pink Floyd, Roger Waters renoue avec Montréal près de 40 ans après avoir littéralement craché au visage d'un spectateur au Stade olympique. L'incident l'aurait d'ailleurs inspiré pour la création de The Wall... Aujourd'hui, Waters s'emballe pour l'adaptation Another Brick in the Wall - l'opéra, pilotée par l'Opéra de Montréal. Créateur dans l'âme, la rock star aborde sa carrière et parle de l'industrie de la musique avec loquacité, éloquence et une pointe de critique. « Désolé, je parle trop », répète-t-il à quelques reprises. On en redemande !

 

Pink Floyd - Another Brick In The Wall, Part Two (Official Music Video)

 

-> «  Pink Floyd est un groupe de rock progressif et psychédélique britannique formé en 1965 à Londres. Il est considéré comme un pionnier et un représentant majeur de ces styles musicaux.

Il est reconnu pour sa musique planante et expérimentale, ses textes philosophiques et satiriques, ses albums-concept et ses performances en concert originales et élaborées. De ses débuts à aujourd'hui, le groupe a vendu près de trois cents millions d'albums à travers le monde1,2. Aux seuls États-Unis, les ventes des albums de Pink Floyd sont dénombrées par la RIAA à hauteur de 75 millions d'exemplaires3.

Initialement mené par le guitariste Syd Barrett, le groupe connaît un succès modeste au milieu des années 1960, puis devient l'un des groupes underground londoniens les plus populaires de la scène psychédélique. Cependant, le comportement de plus en plus instable de Barrett (provoqué apparemment par une trop forte consommation de LSD), conduit les autres membres à le remplacer par David Gilmour, un ami d'enfance de Barrett. Après le départ de ce dernier, le bassiste Roger Waters devient progressivement le meneur du groupe, signant toutes les paroles à partir de 1972. Pink Floyd acquiert l'année suivante une célébrité mondiale avec The Dark Side of the Moon (1973), le troisième album le plus vendu de tous les temps, derrière Back in Black et Thriller.

Le groupe enchaîne les succès au cours des années 1970 avec Wish You Were Here (1975), Animals (1977) et The Wall (1979), ce dernier donnant lieu à une adaptation cinématographique. Mais des tensions dans le groupe apparaissent au fil du temps. Pendant la tournée de The Wall, le claviériste Richard Wright est exclu partiellement du groupe (Wright démissionnera après la tournée) par Roger Waters, qui en prend entièrement le contrôle. Après un album, The Final Cut (1983), dont il est l'unique auteur, Waters quitte le groupe en 1985. En 1987, David Gilmour et Nick Mason, les membres restants, décident d'enregistrer un nouvel album sans Waters et en réintégrant Richard Wright sur l'album A Momentary Lapse of Reason (1987) puis sur The Division Bell (1994) tout en recommençant à se produire en concert, puis le groupe met ses activités en sommeil en 1996.

Les différents membres se réunissent ensuite à quelques occasions dans les années 2000. Pink Floyd dans sa formation la plus connue (avec Gilmour, Mason, Waters et Wright) donne sa dernière prestation publique le  lors du Live 8 à Londres. L'événement suscite de nombreuses rumeurs de reformation du groupe, démenties par David Gilmour et devenues caduques avec la mort de Richard Wright en 2008. »

(Wikipédia)

 

Pink Floyd Live The Reunion Full Concert (Enhanced Video)

Speak to Me/Breathe/Breathe (Reprise), Money (5:04), Wish You Were Here (11:55), et Comfortably Numb (16:22) jouées par Pink Floyd au "London Live 8 concert", Hyde Park 2 juillet 2005.

 

Tags : Livres - Littérature Société Musique Droits de l’homme Culture International Angleterre Polémique Manipulation Surveillance


Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • 3 votes
    Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 août 14:29

    « La dernière chose que vous voulez (pouvez) voir dans les médias grand public c’est quelqu’un donnant de réels éclairages sur les choses » (Roger Waters)


    Personnellement, je serais très satisfait de pouvoir voir, dans les media grand public, quelqu’un donnant de réels éclairages sur les choses.


    • 2 votes
      jeanpiètre jeanpiètre 12 août 14:49

      @Jean-Pierre Llabrés
      waters n’es pas belge, si les belges font une distinction différente des français entre savoir et pouvoir, les anglais ont deux verbes très différents pour signifier la volonté et la capacité, nous avons donc à faire ici à une interprétation d’interprétation d’un auteur-interprète.

      C’est aussi pertinant que la théologie, la science d’étudier les relations entre l’homme et une entité conceptuelle 


    • 5 votes
      Stupeur Stupeur 12 août 14:50

      @Jean-Pierre Llabrés
      J’avais pourtant replacé la citation dans son contexte en inscrivant la transcription de la vidéo...

      On va remettre ici une partie de la transcription, spécialement pour toi. smiley

       

      "Afin de conserver une position de force, vous devez produire de la propagande de qualité, vous devez bien savoir dire de gros mensonges, souvent et à voix haute. La dernière chose que vous voulez voir dans les médias grand public c’est quelqu’un donnant de réels éclairages sur les choses."

       

      C’est vrai qu’il aurait fallu mettre la citation ci-dessus pour éviter tout malentendu...


    • 3 votes
      Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 août 14:57

      @Stupeur

      Eh bien, voila. L’affaire est réglée. Merci, Stupeur.


    • 1 vote
      Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 août 15:01

      @Stupeur

      Il n’en reste pas moins que je demeure en désaccord sur cette phrase.


    • vote
      jeanpiètre jeanpiètre 12 août 15:05

      @Jean-Pierre Llabrés
      c’est vraiment étonnant ^^


    • 3 votes
      Stupeur Stupeur 12 août 16:22

      @Jean-Pierre Llabrés
      Ah bon ? Ce que Roger dit me semble difficilement contestable pourtant :

       Si tu détiens le pouvoir et que tu veux conserver ta position de force, - entretenue par de la propagande bien faite et des gros mensonges martelés - tu ne veux surtout pas que quelqu’un vienne dans les médias de masse pour dénoncer tes gros mensonge et exposer les ficelles de ta propagande.


    • vote
      jeanpiètre jeanpiètre 12 août 17:13

      @Stupeur
      bizarrement l’image de roger waters dans les médias est devenue très négative, les mots paranoiaque et oscur lui sont associés depuis animals et surtout the wall qui traitent justement de ce genre de sujet. Je ne suis pas un grand fan du gars, co responsable pour des raisons financières de la mise au rebut voire du suicide du premier leader de son groupe, bien plus radical que eux, mais r jetons pas le bébé avec l’eau du bain, il reste plus pertinent que l’ensemble des chanteurs engagés français en activités depuis les années 80


    • 1 vote
      Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 août 19:03

      @Stupeur

      La phrase de Waters : « La dernière chose que vous voulez voir dans les médias grand public c’est quelqu’un donnant de réels éclairages sur les choses » (Roger Waters), en toute première place, n’implique absolument pas : " Si tu détiens le pouvoir et que tu veux conserver ta position de force, et cætera" que je n’ai pas commenté car je ne le partage pas.



    • 1 vote
      nowhere man 12 août 22:49

      @jeanpiètre
      Le premier leader du groupe est mort à 60 ans d’un cancer en 2006. Il a cessé toute activité musicale à 25 ans, le cerveau ravagé.

      Ses anciens collègues lui ont rendu hommage sur l’album "Which you were here" en 1975 avec le fabuleux "Shine on you crazy diamond".


    • 5 votes
      agent ananas agent ananas 13 août 00:22

      @jeanpiètre
      bizarrement l’image de roger waters dans les médias est devenue très négative

      Rien de bizarre. C’est qui arrive lorsque l’on s’attaque aux sionistes. Roger Waters est la seule star d’envergure à critiquer la politique israélienne envers les palestiniens et appelle au boycott ... boycott que de nombreux états aux US déclarent illégal et dont nombreux pays de l’UE prévoient de se doter d’une législation similaire.

      Le récent docu "Wish You Were Not Here" est une attaque au vitriol contre Waters avec de nombreuses interviews de personnalités juives. Je doute que cela ait un impact sur la carrière de Waters qui n’a plus rien à prouver et dont la fortune est faite, mais est plutôt un exercice de propagande contre le mouvement global BDS. L’ironie est que ce documentaire pourrait offrir une pub inespérée au mouvement BDS, mouvement qui est largement passé sous silence dans les médias, au contraire de celui contre l’apartheid en Afrique du Sud dans les années 80 ...


    • vote
      Stupeur Stupeur 13 août 10:13

      @agent ananas @jeanpiètre @nowhere man

      Un rédacteur d’AgoraVox avait interviewé Roger Waters en 2013


    • 1 vote
      Stupeur Stupeur 13 août 10:16

      Un extrait :

      " RW : Je comprends leur opinion, et il est bon que tout le monde en ait une et puisse l’exprimer, mais je ne peux pas être d’accord avec eux. Je pense qu’ils ont entièrement tort. La situation en Israël/Palestine avec l’occupation militaire, le nettoyage ethnique, les politiques racistes et le régime d’apartheid mis en place par Israël est inacceptable.

       

      Les artistes ne devraient pas collaborer avec un pays qui opprime un autre peuple et en occupe les terres comme le fait Israël. Ils devraient refuser les propositions et décliner les invitations. Je n’aurais pas joué pour le gouvernement de Vichy pendant la seconde guerre mondiale. Je n’aurais pas joué non plus à Berlin à cette époque. Mais beaucoup l’ont fait, prétendant que l’oppression des Juifs était terminée.

       

      Ce n’est donc pas une situation inédite. Mais maintenant ce sont les Palestiniens qui se font massacrer. Chaque être humain devrait se demander : qu’est-ce que je peux faire ?

       

      Toute personne qui regarde de plus près la situation comprendra que l’alternative la plus légitime à la résistance armée est le mouvement BDS (Boycott Désinvestissement et Sanctions). Lancé en 2004 à la demande de la société civile palestinienne, le BDS, aujourd’hui soutenu par la société civile globale partout dans le monde, est une forme de résistance non-violente légitime face au brutal régime d’oppression israélien.

       

      Je suis en train de finir la lecture du livre de Max Blumenthal « Goliath : Life and Loathing in greater Israel ». C’est à vous glacer le sang. Le livre est extrêmement bien écrit à mon avis et Blumenthal, qui est un très bon journaliste, s’assure toujours que ce qu’il écrit est correct. Il donne également la parole à l’autre côté, les rabbins d’extrême droite en l’occurrence. Leur point de vue est tellement bizarre et extrême qu’il est difficile de croire qu’ils pensent réellement cela.

       

      Ils croient à des choses très bizarres, comme, par exemple, que les non-juifs ne sont sur terre que pour servir les Juifs ou que les gens qu’ils ont expulsés en 1948, et continuent de mettre dehors depuis lors, sont des sous-humains.

       

      Les similitudes avec ce qui s’est passé dans les années 30 en Allemagne sont tellement évidentes que je ne suis pas surpris de voir l’ampleur que prend chaque jour le mouvement pour la justice dans lequel vous et moi sommes engagés. Ce qui nous voyons en Palestine est une violation évidente des droits humains fondamentaux. Chaque être humain devrait en être informé et s’impliquer pour y remédier."


    • vote
      jeanpiètre jeanpiètre 13 août 14:06

      @nowhere man
      je parlais evidemment d’un suicide médiatique et symbolique, le cerveau ravagé est une un leitmotiv de la presse pour conforter le choix des pink floyd et surtout des businessmen qui les employaient. Syd Barret etait certainement trop r’n’r pour se tenir à une discipline de sportif pour assurer le sav des albums . Si le coup marketing de wish you were here etait sincère, ils auraient co ecrit un titre avec syd, ou reversé une partie de leurs faramineux cachets à celui qui leur avait donné l’impulsion pour devenir célèbres.

      le cerveau ravagé n’a jamais été un frein pour la réussite, renaud , trump, macron, nicola sirkis ou chuck berry en sont des preuves indiscutables


    • vote
      jeanpiètre jeanpiètre 13 août 14:07

      @agent ananas
      en bon ananas, vous resumez tout par sionisme, ce qui n’est qu’un aspect du problème


    • vote
      JL 14 août 08:15

      @Stupeur
       

       de fait, la plupart des gens qui ne se posent pas de questions, eux non plus à l’instar de leurs maîtres mais pour d’autres raisons, ne veulent pas voir dans les médias grand public quelqu’un donnant de réels éclairages sur les choses.

       

       « N’importe quoi, sauf la vérité. Il n’y a que ça qui ne se vend pas. » (Boris Vian)

      Merci pour cet article et ces liens.

    • vote
      Croa Croa 14 août 09:33

      À jeanpiètre,

      Pas que les belges !
      Tous les français normaux font aussi la distinction entre les verbes savoir et pouvoir. C’est une spécificité des français du Nord de dire « je ne sais pas » (faire un truc) au lieu de « je ne peux pas ». 


    • 1 vote
      Stupeur Stupeur 14 août 12:25

      Merci JL smiley
      Coluche a probablement été un des derniers que les gens voulaient voir dans les médias grand public, pour sa capacité à taper sur les puissants... (bien sûr il a été boycotté par les grands médias quand il a obtenu un poids politique gênant... et l’histoire a tourné court).

      Depuis, la classe dominante a beaucoup amélioré ses techniques de propagande et ne cesse de progresser dans sa lutte perpétuelle pour abrutir les masses... smiley


    • 1 vote
      Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 août 14:39

      @Stupeur

      Aucun effort à faire pour abrutir les masses : elles le font très bien toutes seules ! ! !
      Vous en avez la preuve, tous les jours, tous media confondus...


    • 1 vote
      alanhorus alanhorus 12 août 17:10

      Le courrier envoyer par adam weishaupt pour Maximilien Robespierre en 1784, était il la date choisie par Orwell pour faire un clin d’œil aux illuminatis ?
      Dans cette vidéo il y a une erreur on parle de 1884 au lieu de 1784. mais ce choix de 1984 ne serait il pas lié au complot et pourquoi le choix du prénom winston ?
      https://www.youtube.com/watch?v=gb_w0YZQjTI
      http://judeo-masonic.blogspot.fr/2010/02/4-adam-weishaupt-and-bavarian.html
      Le groupe pink floyds est très impliqué dans la matrice illuminati.
      Roger waters fait parti de ceux qui comprennent le complot.
      https://www.youtube.com/watch?v=R5Q7q3SF0io
      Mais 1984 a fait plus pour rendre les gens paranoïaques que pour leur offrir un bien être d’esprit.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès