• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Joe Chip

Joe Chip

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1611 0
1 mois 0 22 0
5 jours 0 2 0


Derniers commentaires



  • vote
    Joe Chip Joe Chip 22 juin 11:15

    Au passage, on voit que la politique d’achats et d’investissements tous azimuts du Qatar dans la communication, l’information, le luxe, le sport, etc., se heurte au mur des réalités géopolitiques en temps de crise.

    Le prestige acheté sur étagère, la finance et l’ostentation ne peuvent pas se substituer intégralement à la puissance économique et militaire...


  • 2 votes
    Joe Chip Joe Chip 19 juin 15:35

    Superbe. On peut d’ores et déjà imaginer des applications à la fois utiles et innovantes, comme une puce qui stimulerait la zone cérébrale responsable du laisser-aller et du caractère antisocial chez les chômeurs longue durée. L’électrode enverrait des décharges électriques à intervalles réguliers contribuant à créer chez le sujet rétif au travail un état d’esprit positif, dynamique et conciliant, tel que la société est en droit de l’attendre de la part d’un demandeur d’emploi motivé à retrouver du travail.


    Evidemment, le versement de l’aide sociale serait conditionné à l’acceptation de la pose de l’implant par les demandeurs d’emploi, donc tout cela resterait volontaire et contractuel.

    Le concept est bien entendu déclinable à l’infini... santé, assurance, éducation...

  • 1 vote
    Joe Chip Joe Chip 16 juin 12:29

    Le problème dépasse de loin le débat juridique, technique et moral sur l évasion fiscale. Les élites cognitives occidentales sons entrées en dissidence et ne se sentent plus tenues par la vieille morale bourgeoise ou par le sentiment de solidarité nationale qui est à la base de l acceptation de l impôt sur le revenu (qui n existait pas au XIXeme). La rupture avec la classe moyenne est profonde et sera sans doute encore accentuée par le transhumanisme.


  • vote
    Joe Chip Joe Chip 16 juin 12:05

    @guepe Effectivement c est une belle caricature de réactionnaire franchouillard, tout y est : la mauvaise conscience, la haine de soi, le ton péremptoire, l humeur pamphlétaire, le défaitisme et le vernis littéraire culturel (citation). Sûrement un énième clone celinien avec un physique d’avorton et une tronche aigrie...


  • 2 votes
    Joe Chip Joe Chip 14 juin 15:00

    @yoananda

    Oui, idem, autant j’avais aimé ses abécédaires et Misère du Désir, autant "chutes" puis "Comprendre l’empire" m’avaient semblé intellectuellement indigents. Les textes courts des abécédaires correspondaient bien à son savoir étendu mais très parcellaire, lui permettant d’aborder de nombreux sujets sans avoir à entrer dans les détails.

    Quand il a basculé en mode "antisioniste", cette tendance s’est rigidifiée. Je pense qu’il ne lit plus rien depuis des années et ne travaille pas sérieusement ses sujets (si tant est qu’il l’ait jamais fait). Il se contente de recycler son bagage intellectuel
    des années 70/80 glané au fil de ses lectures et de plaquer sa grille de lecture à la fois schématique et intuitive sur tous les évènements, ce qui lui permet d’affirmer tout et son contraire en fonction des circonstances et de relier le tout au "sionisme". Au fond, ce qu’il propose, c’est du protocole des sages de sion réactualisé et reformulé pour s’adresser à différents publics qui ont pour point commun la haine du "système" et/ou du libéralisme (économique ou politique, plus souvent les deux) : cathos intégristes, royalistes ultra, nationalistes, islamo-gauchistes, anticolonialistes, décroissants newage, vieux cocos staliniens, et j’en passe... c’est le radeau de la Méduse des naufragés politiques et idéologiques.

    En un mot, avec sa culture étalée comme de la confiture, son intelligence lapidaire, son talent marketing, son cynisme de gauche et son sens de la formule, Soral aurait pu faire un très bon publicitaire s’il avait été un peu moins instable et s’il n’avait pas nourri des ambitions "politiques". Tout chez lui renvoie à cet univers de la publicité des années 80/90. D’ailleurs beaucoup venaient à la base de ce milieu branchouille ou étaient des ex-Maos en phase de recyclage. Certains ont rejoint le journalistme, d’autres la pub. Soral, Nabe et quelques autres ont choisi la voie moins contraignante de la déchéance mondaine, préférant continuer à vivre à la marge du système de la critique du système en se faisant passer pour des "dissidents" auprès d’un public de jeunes gens frustrés et/ou idéalistes (ça va bien ensemble en général).

    Il suffisait de leur proposer un "narratif" (comme disent les marketeux) dans un langage charismatique, binaire à souhait (gentils vs méchants), rassembleur et facile à décoder : et par ici "l’Empire" et les méchants "atlanto-sionistes" opprimant les "musulmans du quotidien" et autres "Français chrétiens sans peurs ni reproches". Tout le côté "roman picaresque" de la dissidence.

    Le jour ou Soral fera de la politique, prévenez-moi.

Tous les commentaires de cet auteur

Les thèmes de l'auteur






Palmarès