• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel


Noam Chomsky 
 "Si l’on ne croit pas à la liberté d’expression pour les gens qu’on méprise, on n’y croit pas du tout."
Rosa Luxembourg
« La liberté, c’est toujours la liberté de celui qui pense autrement. »
 
Takayuki yamaguchi
« La voie du guerrier est celle de l’acharnement.
Ces mots tirés du « Hagakure », nous indiquent que le principe fondateur du bushido consiste à se jeter à corps perdu dans le combat, avec rage et détermination. Un homme qui aurait complètement fait sien cet aphorisme peut ainsi, même seul, en vaincre dix autres.
« Succomber à cette seule logique revient à être dépassé par le bushido. Le Samouraï valeureux ne pense pas en terme de victoire ou de défaite, il combat fanatiquement jusqu’ à la mort ».
Si l’on suit la seule logique, dans un combat ordinaire, se trouve face à un adversaire plus fort que soit signifie automatiquement la défaite. Pourtant le Hagakure nous indique ici le fait suivant : ceux qui pensent suivant cette logique passent à coté de l’essence du combat.
Si l’on cherche à peser le pour et le contre d’un combat avant même de le commencer, et que cela nous mène à y procéder sans conviction, c’est que l’on n’est pas un combattant, mais un pleutre.
Dans la pratique, les situations où l’on a affaire à des adversaires plus forts que soi, ou à des adversaires en surnombres, sont largement majoritaires. Or, c’est justement cela, être un vrai guerrier : sortir victorieux de ces combats difficiles.
« Aux raisonnables point d’exploit »
 

Ce n’est qu’en s’acharnant de façon irrationnelle que l’on peut transformer l’issu d’un combat à priori perdu d’avance. Que l’on soit un homme blessé, dans la savane, qui n’a d’autre choix que celui de faire face à une horde de lions, ou un simple homme du commun, ayant décidé d’affronter dans son domaine une personne naturellement douée, il ne fait aucun doute que ce précepte trouve son écho dans nos actions.
 

Car c’est justement cet acharnement qui constitue le dernier rempart derrière lequel la vie elle-même peut s’abriter. "
 
 



Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2011
  • Modérateur depuis le 24/01/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 281 21524 18719
1 mois 1 172 51
5 jours 0 43 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1438 1323 115
1 mois 32 28 4
5 jours 4 4 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    maQiavel maQiavel 18 août 21:39

    Passionnant, merci du partage.

    Ce qui me pose problème avec l’hypothèse de l’altruisme dans cette expérience, c’est que tous les rats ont la capacité de plonger et donc de se nourrir de façon autonome. Par conséquent, on peut difficilement parler d’altruisme tel que le décrit Didier Desor (mettre en péril son potentiel reproducteur en favorisant celui de son congénère). Si certains rats n’avaient pas la capacité de plonger, l’hypothèse serait pertinente mais pas dans ce cas d’espèce. Ainsi, dans la différentiation des rôles, je perçois surtout un mécanisme d’exploitation. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 18 août 06:44

    @guepe

    Concernant l’article que je t’ai donné sur les pénuries au Venezuela, ce n’est pas Berruyer qui l’a écrit, il n’a fait que diffuser l’article d’une chercheuse. D’autres que lui l’ont diffusé.

    Pour ce qui est de la fameuse malédiction des ressources naturelles, c’est bien d’avoir des modèles théoriques, mais ce qui me pose problème, c’est lorsqu’on part de ces modèles théoriques pour les inférer à des cas particulier  (parfois sans même chercher à connaitre ces cas particulier ) parce que finalement on essaie coute que coute de faire correspondre ces cas particulier à ces modèles théoriques, c’est une grosse source de biais méthodologiques. Ce qu’il faut étudier ici, ce sont les spécificités économiques et historiques du Venezuela, après on peut conclure qu’il correspond à ce modèle théorique. En ce qui me concerne, je me concentre d’abord sur les spécificités du contexte vénézuélien, pas sur les modèles théoriques sinon on passe à coté de beaucoup de choses.

    Tu dis qu’il aurait du rester sur son projet et je te réponds qu’il se serait fait renverser pour les raisons que j’ai expliqué plus haut. A un moment donné il faut hiérarchiser ses priorités et choisir la moins mauvaise solution, c’est ça la réalpolitik. Le parallèle avec le shogunat n’est pas pertinent puisqu’il s’agissait d’une dictature donc à moins de considérer que Chavez aurait du mettre en place une dictature militaire, ce n’est pas vraiment défendable. La réalité c’est qu’au regard des rapports de force interne et externe au Venezuela, il n’avait pas le choix, il fallait d’abord s’occuper des classes populaires.

    Je caricature peut être un peu les soi disant libéraux qui critiquent Chavez mais je te dis ce que je constate : lorsque le Venezuela était gouverné par des néolibéraux et que la rente pétrolière était répartie au sein de l’oligarchie locale, on ne les entendait pas dire que ce modèle n’était pas tenable sur le long terme. Il aura suffit que Chavez redistribue cette rente vers les classes populaires qui vivaient dans la misère pour que tout d’un coup le Venezuela les obsède et qu’ils se mettent à pousser des cris d’orfraie. Comment expliquer ça ? C’est que ces gens qui se prétendent libéraux ( et qui se détournent des fondamentaux du libéralisme classique en observant bien ) sont en réalité des optimates dans le sens romain du terme , c’est-à-dire des gens dont les actions et l’idéologie consiste à assurer les intérêts des classes sociales supérieures. Ce n’est pas grave, on a le droit de considérer que les classes supérieures sont en quelque sorte des élus dont les privilèges doivent être préservés, c’est une conception du monde tout à fait défendable. Ce que je ne supporte pas par contre, c’est la tactique qui consiste à dissimuler cette idéologie derrière une prétendue scientificité censé servir l’intérêt général. Parce qu’avant Chavez, je ne les entendais pas parler d’intérêt général quand les classes populaires pataugeaient dans la misère et que les classes supérieures se gavaient. C’est de l’hypocrisie, moi je préfère les gens qui assument leur substrat idéologie et paradigmatique. Les optimates romains, eux, avaient le mérite d’être sincère.

    Chez ces gens là , la violence Etatique n’est mal vue que lorqu’elle défavorise les classes supérieures. Dans le cas contraire, elle est soit niée, soit applaudie, il faut se rappeler de ce qui se disait de Pinochet et ses « courageuses » réformes à l’époque. Je ne dis pas que tous les libéraux sont comme ça, il existe encore de vrais libéraux qui ne sont pas du tout sur cette ligne mais ce sont des marginaux. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 17 août 17:47

    Le problème, c’est que l’empire américain est devenu complètement imprévisible (et ça ne date pas du phénomène Trump qui n’a fait qu’accentuer cette imprévisibilité). J’ai peur pour les nord coréens … 



  • vote
    maQiavel maQiavel 17 août 17:40

    @Charly83

    -Pour le point numéro trois, tu devrais me remercier de l’avoir formulé de manière explicite.

    ------> Cépafo. smiley

    Pour ce qui est des maîtres spirituels, je voulais dire qu’un homme d’Etat ne peut pas se comporter dans la pratique de sa gouvernance comme un maître spirituel, il sera très rapidement mit face à ses contradictions et devra faire un choix. 

    Ceci dit, rien n’empêché un homme d’Etat de se comporter comme un homme d’Etat dans le cadre de ses fonctions et comme un maître spirituel dans le domaine privé. Ce n’est pas inconciliable mais intuitivement je n’y crois pas, je pense qu’un authentique maître spirituel se détournera de la politique.

    Tiens ça me fait penser à Shingen Takeda l’un des seigneurs de guerre emblématique de la période des guerres civiles au Japon. Il était profondément intéressé par les enseignements du zen et étudiait « le recueil de la falaise verte » mais il n’est pas allé au-delà du septième livre car son maître l’a averti qu’au-delà, il cesserait de se préoccuper des affaires du monde (et donc abandonnerait la conquête du pouvoir). 



  • 1 vote
    maQiavel maQiavel 17 août 13:04

    @Zatara

    A vrai dire , je suis plutôt critique envers le dispositif juridique français concernant les sectes que je trouve liberticide.

    Qaspard m’avait fait découvrir cette vidéo , c’est effrayant : https://www.youtube.com/watch?v=7qzsqhxB0Mg

Voir tous ses commentaires (20 par page)