• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Philippe Béchade : « On se dirige vers une casse sociale considérable (...)

Philippe Béchade : « On se dirige vers une casse sociale considérable »

 

EXTRAIT DE L'ENTRETIEN AVEC PHILIPPE BECHADE / N'hésitez pas à liker, commenter et partager à fond ! Bon visionnage ! 🎥✌️

 

👇 PLUS D'INFOS 👇

► QUI EST PHILIPPE BECHADE ?

Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers. Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

► LA BOURSE AU QUOTIDIEN : http://labourseauquotidien.fr/author/philippebechade/
► TWITTER : https://twitter.com/pittbull_grrr

 

😼 QUI EST MICKAEL FONDATEUR DE PLANETES360 ?

Citoyen engagé pour l'accès à l'information ! Passionné d'histoire, d'économie et de géopolitique. Fondateur de News360x de 2013 à 2016, et fondateur en 2016 de Planetes360

► € FAIRE UN DON $ : https://planetes360.fr/faire-un-don/

🛠 APP 360 : 

► SOUS ANDROID : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.planetes360.app
► SOUS IOS : https://itunes.apple.com/us/app/planetes360/id1205972329?l=fr&ls=1&mt=8

 

👍 NOUS SUIVRE : 

► SITE : https://planetes360.fr/
► FACEBOOK : https://www.facebook.com/Planetes360/
► TWITTER : https://twitter.com/Planetes360
► YOUTUBE : https://www.youtube.com/channel/UC5a1vcRZdoI1qIRRdQoEX6g
► DAILYMOTION : http://www.dailymotion.com/planetes360

✊ Garder l'esprit OUVERT

 

Tags : Politique Emploi Formation Entreprises Travail Emmanuel Macron



Réagissez à l'article

8 réactions à cet article


  • 4 votes
    howakhan howakhan 26 mai 16:23

    Soyons sérieux, c’est impossible....

    nous avons ce qu’il y a de mieux en un la compétition certes elle élimine mais celle ci donne toujours tout le temps le meilleur en tout, partout, tout le temps , nous dit on..

    puis nous avons la démocratie, ce qu’il y a de mieux aussi, et qui est ceci : la somme des égoïsmes majoritaires donne elle aussi ce qu’il y a de mieux ..

    conclusion il est impossible que quoique ce soit se passe mal...

    sauf si tout cela est faux..

    Mais comme personne ne remet cela en cause, ça doit forcément être vrai...car personne ne remet cela en cause donc ça doit être vrai car personne ne remet tout cela en cause , c’est que c’est vrai...sinon tout le monde remettrait cela en cause ou a part quelques paumés comme moi ,mais comme personne ne remet cela en cause donc ça doit être le mieux..donc tout va bien...

    sauf si tout cela est faux...

    mais comme............


    • 2 votes
      fred fred 27 mai 08:20

      La casse sociale est continue depuis Pompidou...vos syndicats ne servent à rien.. !


      • 1 vote
        DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 27 mai 09:00

        @fred : Sans les syndicats, le patronat aurait fait passer le SMIC à trépas, sans parler des congés payés, des retraites, des cotisations sociales ... Sans les syndicats, le patronat aurait littéralement mangé les salariés et aurait instauré une forme moderne d’esclavage au travail bien plus draconnien qu’en Afrique ...


      • 2 votes
        fred fred 27 mai 09:42

        @DJL 93VIDEO....Vous avez raison...10 millions de chômeurs et autant de pauvres plus 2.200 milliards de dette...la casse est donc une illusion !


      • 1 vote
        DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 27 mai 09:49

        @fred ..... je dis que sans les syndicats pour s’opposer au patronat, la casse aurait été beaucoup plus importante ...

         

        Le Gle de Gaulle a en effet industrialisé la France, mais les USA et les Rothchild ont vendus nos entreprises à l’étranger, en prenant au passage une belle commission comme Macron l’a fait avec Nestlé !


      • 3 votes
        fred fred 27 mai 10:12

        @DJL 93VIDEO....sauf que les syndicats dépendent des gouvernants en touchant des centaines de millions d’euros par an pour survivre !

        Cherchez l’erreur...ce sont bien les syndicats qui depuis 50 ans laissent faire il me semble...Leurs contestations c’est du mou dans le mou !


      • 1 vote
        fred fred 27 mai 10:14

        @fred...CGT : 220,6 Millions d’euros de budget dont 145 millions hors cotisations

        FO : 61 millions d’euros de budget annuel dont 26 millions hors cotisations
        CFDT : 138 millions d’euros de budget annuel dont 69 millions hors cotisations

        CFTC : 60 millions d’euros de budget annuel dont 48 millions hors cotisations


      • 2 votes
        BA 27 mai 09:45

        Zbigniew Brzezinski vient de mourir.


        Cette ordure était le plus important théoricien de notre époque.


        Ce fumier était le théoricien du « tittytainment ».


        Rappel, pour ceux qui ne savent pas ce qu’est le « tittytainment » :


        Du 27 septembre 1995 au 1er octobre 1995, à San Francisco, le grand hôtel Fairmont accueille 500 membres de l’élite mondiale : chefs d’Etat, hommes politiques, dirigeants d’entreprises multinationales, universitaires, chercheurs, etc.


        Cette réunion du Fairmont se déroule dans le cadre de la fondation de Mikhaïl Gorbatchev. Elle a une grande importance historique. Elle fait intervenir George Bush père, George Schultz, Margaret Thatcher, Ted Turner de l’entreprise CNN, John Gage de l’entreprise Sun Microsystems, des dizaines d’autres personnalités de tous les continents … et bien sûr l’incontournable Zbigniew Brzezinski. Elle a pour thème « l’avenir du travail ».


        Lisez cet extrait :


        « L’avenir, les pragmatiques du Fairmont le résument en une fraction et un concept : « Deux dixièmes » et « tittytainment ».


        Dans le siècle à venir, deux dixièmes de la population active suffiraient à maintenir l’activité de l’économie mondiale. « On n’aura pas besoin de plus de main d’œuvre », estime le magnat Washington Sycip. Un cinquième des demandeurs d’emploi suffira à produire toutes les marchandises et à fournir les prestations de services de haute valeur que peut s’offrir la société mondiale. Ces deux dixièmes de la population participeront ainsi activement à la vie, aux revenus et à la consommation – dans quelque pays que ce soit. Il est possible que ce chiffre s’élève encore d’un ou deux pour cent, admettent les débatteurs, par exemple en y ajoutant les héritiers fortunés.


        Mais pour le reste ? Peut-on envisager que 80 % des personnes souhaitant travailler se retrouvent sans emploi ? « Il est sûr, dit l’auteur américain Jeremy Rifkin, qui a écrit le livre La Fin du travail, que les 80 % restants vont avoir des problèmes considérables. » Le manager de Sun, John Gage, reprend la parole et cite le directeur de son entreprise, Scott McNealy : à l’avenir, dit-il, la question sera « to have lunch or be lunch » : avoir à manger ou être dévoré.


        Cet aréopage de haut niveau qui était censé travailler sur « l’avenir du travail » se consacre ensuite exclusivement à ceux qui n’en auront plus. Les participants en sont convaincus : parmi ces innombrables nouveaux chômeurs répartis dans le monde entier, on trouvera des dizaines de millions de personnes qui, jusqu’ici, avaient plus d’accointances avec la vie quotidienne confortable des environs de la baie de San Francisco qu’avec la lutte quotidienne pour le survie à laquelle doivent se livrer les titulaires d’emplois précaires. C’est un nouvel ordre social que l’on dessine au Fairmont, un univers de pays riches sans classe moyenne digne de ce nom – et personne n’y apporte de démenti.


        L’expression « tittytainment », proposée par ce vieux grognard de Zbigniew Brzezinski, fait en revanche carrière. Ce natif de Pologne a été quatre années durant conseiller pour la Sécurité nationale auprès du président américain Jimmy Carter. Depuis, il se consacre aux questions géostratégiques. Tittytainment, selon Brzezinski, est une combinaison des mots entertainment et tits, le terme d’argot américain pour désigner les seins. Brzezinski pense moins au sexe, en l’occurrence, qu’au lait qui coule de la poitrine d’une mère qui allaite. Un cocktail de divertissement abrutissant et d’alimentation suffisante permettrait selon lui de maintenir de bonne humeur la population frustrée de la planète. »


        Source :


        Hans-Peter Martin, Harald Schumann, « Le piège de la mondialisation », Solin Actes Sud, page 12.


        Pour en savoir plus sur Zbigniew Brzezinski :


        https://fr.wikipedia.org/wiki/Zbigniew_Brzezi%C5%84ski


        https://fr.wikipedia.org/wiki/Tittytainment



        

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON







Palmarès